Une journée fasciste. Elise et Célestin Freinet, pédagogues et militants

Cock Laurence de

AGONE

Résumé :




La sce?ne se de?roule le 24 avril 1933, dans la petite e?cole de Saint-Paul dirige?e par Ce?lestin Freinet, quelques minutes apre?s la fermeture des portes. Depuis des mois, l'instituteur subit une campagne de diffamation mene?e par le maire, soutenue par quelques habitants du village, qui veulent le chasser. Cette petite affaire locale a pris une envergure nationale gra?ce a? de solides appuis via la presse d'extre?me-droite.
En cause, la pe?dagogie de Freinet, qui favorise une totale liberte? dans l'expression e?crite des enfants. Quelques mois plus to?t, un enfant avait donne? le re?cit, qui fut imprime? sans aucune censure de l'instituteur, d'un re?ve ou? le maire e?tait attaque? par les e?le?ves. Le pre?texte e?tait tout trouve? pour se de?barrasser de cet encombrant militant communiste : ce re?ve re?ve?lait bien la pe?dagogie subversive de Freinet.
Mais celui-ci tient bon, contre-attaque syste?matiquement, conteste, fait appel, mobilise tous ses soutiens politiques, pe?dagogiques et syndicaux. Las de devoir attendre une de?cision administrative qui n'arrive pas, le maire et ses ouailles de?cident de de?loger Freinet manu militari. Mais Freinet, informe?, e?tait pre?t a? les accueillir, arme?. Ce moment peut e?tre envisage? comme le point culminant de la situation ayant mene? a? la de?mission d'E?lise et de Ce?lestin Freinet, qui iront fonder une e?cole prive?e a? Vence.
Au-dela? de sa puissance lyrique, l'e?ve?nement te?moigne a? la fois de la passion d'un homme pour la pe?dagogie populaire (au point de la de?fendre arme au poing) mais aussi de la pression fasciste que connai?t alors le pays.

19,00 €
Disponible sur commande
EAN
9782748905038
Image non contractuelle