Bicentenaire de la mort de Napoléon

Faut-il commémorer Napoléon?

Ce mois de mai 2021 marque un événement historique majeur pour la France et, d’une certaine manière, le reste de l’Europe : le bicentenaire de la mort de Napoléon. C’est, en effet, le 5 mai 1821 que Napoléon mourrait sur l’île de Sainte-Hélène où il était détenu par les Anglais. Ses cendres seront ensuite rapatriées à Paris où elles rejoindront le monument des Invalides et participeront ainsi à la mise en scène du passé « grandiose » et « glorieux » de la France.

Pourtant, il serait intéressant de s’interroger sur l’opportunité de « célébrer » la mémoire du premier Empereur des Français. Malgré une participation en tant que militaire à la défense de la jeune République, il sera l’auteur d’un coup d’état qui, tout en gravant dans le marbre certaines institutions issues de la Révolution, mit entre parenthèses le long processus démocratique entamé par celle-ci en 1789. En 1802, il rétablit l’esclavage dans les colonies françaises, pratique qui avait été abolie peu de temps avant. En 1804, il s’auto-proclama Empereur à Paris et ses guerres, quasiment constantes jusqu’en 1815, firent des centaines de milliers de morts dans toutes les régions d’Europe et pas seulement sur les champs de bataille. En effet, la rébellion espagnole au pouvoir de son frère, Joseph, fut durement réprimée et fit énormément de victimes civiles.

Au delà de la légende noire napoléonienne brièvement abordée ci-dessus, il est évident que Napoléon est un personnage fondamental dans l’Histoire française et européenne. Il est sur beaucoup de points l’un des créateurs de l’Etat centralisé tel qu’il existe encore à l’heure actuelle. Son code civil, bien qu’amendé depuis lors, est encore largement en application et c’est lui qui créa les lycées pour garçons en 1802.

Il existe un réflexe de la part des historiens de dissocier l’action de Bonaparte et de Napoléon (surtout à partir de 1806), laissant penser qu’il s’agirait de deux personnages différents, l’un bon et l’autre mauvais. Commémorer Napoléon ne signifie pas le glorifier ou légitimer l’ensemble de ses faits et gestes. Il s’agit simplement de se souvenir des apports positifs mais aussi des contributions néfastes qu’il apporta à l’Histoire européenne.

Afficher en Grille Liste

Produits 1-23 sur 73

Page
par page
Par ordre croissant
Afficher en Grille Liste

Produits 1-23 sur 73

Page
par page
Par ordre croissant