Ouvert du lundi au samedi
de 9h30 à 18h30
En détail...

Mais la musique soudain s'est tue

  • Série :
  • Collection : Blanche
  • Éditeur : Gallimard
  • Présentation : Broché
  • Paru le :

Hors stock
Expédié sous 3 à 5 jours

Habilité port gratuit**

26,50 €
26,50 €

** Port gratuit à partir de 40€

Ce Journal s'étend de janvier 2009 à septembre 2013. Journal du crépuscule d'une vie, il ne constitue ni un ajout, ni un post-scriptum aux fameux Carnets noirs, le Journal intime des années 1953.2008. En effet, aux yeux de l'auteur, les Carnets noirs faisaient aimer la vie, et non la mort. C'était son galop d'enfer, la description par le menu de ses amours décomposées. Mais la musique soudain s'est tue dépeint les contrariétés d'un vieil écrivain, misères physiques et morales. Que faut-il retenir ? Son amour pour les latins : Sénèque, Lucrèce, puis Pétrone, La Rochefoucauld, Byron, Schopenhauer. Ses séjours à Rome, Naples et Venise. Les signes précurseurs de la maladie, le taux de PSA élevé, la biopsie. Les dernières maîtresses. Une forme d'adieu à la vie d'écrivain, son chant du cygne. Le temps passe, irrémédiable, même pour les plus obstinés polissons. Mais la musique soudain s'est tue est un joli titre. Toutefois, si Billy Wilder ne l'avait pas précédé, Gabriel Matzneff aurait volontiers intitulé Boulevard du crépuscule ce journal intime des années 2009-2013.
Titre Mais la musique soudain s'est tue
EAN 9782070145423
ISBN 2070145426
Nom de la série
Sous-titre Journal 2009 - 2013
Auteur Matzneff Gabriel
Editeur Gallimard
Présentation Broché
Format Grand format
Longueur 20.5 cm
Largeur 14 cm
Poids 0.569 kg
Date de parution 27 janvier 2016
Collection Blanche
Nombre de pages 516

Du même auteur