Ouvert du lundi au samedi
de 9h30 à 18h30
En détail...

Max

  • Collection : Scripto
  • Éditeur : Gallimard-Jeunesse
  • Paru le :

Hors stock
Expédié sous 3 à 5 jours

Habilité port gratuit**

15,90 €
15,90 €

** Port gratuit à partir de 40€

Par Audrey, Spécialiste en Jeunesse
le 9 août 2012
Audrey
Le premier-né de la race aryenne

En 1933, Heinrich Himmler, haut dignitaire du parti puis du gouvernement nazi, crée le programme Lebensborn. Il s'agit d'une vaste entreprise que l'on pourrait qualifier d'usine à bébés de race aryenne, destinés à devenir l'élite de l'Empire, et qu'il obtenait en sélectionnant des hommes et des femmes répondant à des critères physiques supérieurs d'après l'idéologie nazie - comme la blondeur, les yeux bleus, la forme du crâne, etc. Le programme prévoyait que ces enfants naissent sous X, afin qu'ils soient adoptés par le régime, que leur mère soit l'Allemagne, et leur père le Führer.

Max est le premier d'entre eux, le plus parfait, que le docteur Ebner, chef du programme, va prendre sous son aile et emmener partout avec lui. En même temps que le lait de sa mère, il boit les principes et valeurs de l'idéologie nationale-socialiste. Il va vite oublier le nom que sa mère lui a donné pour lui préférer le choix d'Ebner : Konrad.

Lukas est un adolescent polonais qui est enlevé à sa famille (car il correspondait aux critères recherchés par le docteur), pour intégrer avec d'autres enfants kidnappés un programme de germanisation*. La chose capitale qu'ignorait l'équipe du docteur Ebner est que Lukas était juif.

Konrad-Max sera la parfaite petite incarnation des idées du Führer jusqu'à sa rencontre avec Lukas, qui va le forcer à se poser des questions et à prendre de la distance vis-à-vis des principes dont on l'abreuve depuis son plus jeune age.

Comme dans "Le garçon au pyjama rayé", nous avons accès à des morceaux d'Histoire à travers les yeux d'un petit garçon allemand, moins étranger au régime, cette fois, car issu d'une "fabrique à bébés" nazi. N'ayant pas d'autres repères, il ne remet pas en question ce qu'on lui enseigne, ni les lourds sacrifices qu'on lui impose. Il a 4 ans quand éclate la guerre, et avec elle se fissurent aussi, subrepticement, certaines de ses certitudes...

Le discours pro-nazi de Konrad est une illustration de l'endoctrinement des enfants (et des adultes) sous un régime totalitaire. La plupart des personnages cités dans le livre ont existé mais l'auteure emprunte des anecdotes à plusieurs témoignages et les insère dans l'histoire romancée de Konrad et Lukas. Extrêmement bien documenté, ce roman nous livre un témoignage qui nous plonge dans une partie moins connue de l'histoire contemporaine.

A priori destiné à des grands ados (dès 15 ans), ce roman pourra sans problème être apprécié par un public adulte.

*Pendant la guerre, les nazis ont enlevé des enfants à leur famille car ils correspondaient à leurs critères d'appartenance à la race aryenne. Ils leur faisaient ensuite intégrer des écoles et instituts où ils étaient "germanisés" : des professeurs et médecins manipulaient leurs souvenirs et les transformaient en parfaits petits enfants à adopter par les familles allemandes.

Titre Max
EAN 9782070643899
ISBN 207064389X
Auteur Cohen-Scali Sarah
Editeur Gallimard-Jeunesse
Format Grand format
Longueur 20 cm
Largeur 13 cm
Poids 0.513 kg
Collection Scripto
Nombre de pages 480

Du même auteur