Ouvert du lundi au samedi
de 9h30 à 18h30
En détail...

Manet J'ai fait ce que j'ai vu

  • Collection : Découvertes Gallimard
  • Éditeur : Editions Gallimard
  • Présentation : Broché
  • Paru le :

Non disponible provisoirement

Habilité port gratuit**

14,80 €
14,80 €

** Port gratuit à partir de 40€

Fils d’un magistrat parisien, Edouard Manet naît en 1832. Refusant d’entrer à la faculté de droit comme le souhaitait son père, il tente une carrière d'officier de marine mais échoue au concours de l’Ecole navale. Il s’embarque néanmoins à seize ans sur le bateau école Havre et Guadeloupe comme pilotin. En 1849, il regagne Paris, et sa famille consent à le laisser faire ce qu’il souhaitait depuis longtemps : une carrière artistique. Signe déjà d’un caractère frondeur, il dédaigne la voieofficielle de l’Ecole des beaux-arts et choisit l’enseignement du peintre Thomas Couture. Pendant six ans, il acquiert dans son atelier une robuste technique et affirme, au désespoir de son maître, sa préférence pour le modèle contemporain plutôt que pour la Rome antique. En 1859, il se lie avec une jeune pianiste hollandaise qui deviendra sa femme. Il visite Amterdam, Haarlem, Florence, et copie Rembrandt, Hals, Titien, Rubens ou Delacroix. Cette même année, Manet le rebelle peint Le Buveur d’absinthe, avec lequel il essuie son premier refus au Salon. L'image de cet ivrogne sans doute inspiré par Baudelaire et le traitement désinvolte sur une grande surface, égayée seulement par une bouteille vide roulant sur le sol et le vert d’un verre d’absinthe, constituent le premier scandale d’une longue liste. Après une période « espagnole », le Chanteur espagnol (bien accueilli au Salon de 1861), Lola de Valence… suivent, en 1863, Le Déjeuner sur l’herbe et l’Olympia qui, exposée deux ans plus tard au Salon de 1865, déchaîna un véritable ouragan. Manet est désormais campé dans un personnage subversif: charmeur et destructeur de l’ordre établi. En 1866, le jury du Salon lui refuse Le Joueur de fifre. 1867 est l’année de deux chefs-d’oeuvre : Le Balcon, où apparaît pour la première fois Berthe Morisot, et L’Exécution de Maximilien, grand tableau d’histoire et d’actualité. Après la Commune, Manet installe son atelier près de la gare Saint-Lazare. Ami de Zola, il fréquente et « parraine », au Café Guerbois, un groupe de peintres indépendants bientôt connus sous le nom d’impressionnistes. Le marchand de tableaux Durand-Ruel lui achèteun bon nombre de toiles. En 1873, Le Bon Bock, tout imprégné du style de Hals, remporte enfin au Salon un grand succès populaire. Puis entre Argenteuil et Paris, partageant l'amitié de Monet et deMallarmé, Manet peint avec entrain portraits et scènes de la vie parisienne, mêlant parfois les deux genres, comme dans cet ultime Bar aux Folies-Bergères, son testament de peintre. Progressivementhandicapé par la maladie (ataxie locomotrice), Manet se consacre les dernières années au pastel et aux petites natures-mortes. Il meurt en avril 1883.
Titre Manet J'ai fait ce que j'ai vu
EAN 9782070348862
ISBN 2070348866
Auteur Cachin Françoise
Editeur Editions Gallimard
Présentation Broché
Format Grand format
Longueur 18.2 cm
Largeur 12.7 cm
Poids 0.218 kg
Date de parution 25 mars 2016
Collection Découvertes Gallimard
Nombre de pages 159

Du même auteur

  • Gauguin

    Cachin Françoise

    15,60 €